Accueil / A la Une / Deux Hommes deux profils ressemblants et une passion commune : la photo.
Sofiane Bakouri et Djamel Matari

Deux Hommes deux profils ressemblants et une passion commune : la photo.

Photographe ce métier qui passionne jusqu’à tout quitter  au-delà de l’insécurité des lendemains. Deux Hommes deux profils  ressemblants  et une passion commune : la photo. Djamel Matari et Sofiane Bakouri que rien ne prédestiné à la photo sont sortis des rangs de leur métier d’origine et ce en dépit de l’insécurité des lendemains. Un choix qui les dépasse. Aux  parcours atypiques tous deux vivent leur passion.

Quand Jamel Matari s’est découvert une passion pour la photo, il n’a pas hésité,  de tout réléguer . “La photographie a été salvatrice pour moi”, confie celui qui a décidé de quitter le confort d’un métier qui “rapporte” pour cette nouvelle passion dont il veut faire un métier, sans avoir la garantie de pouvoir en vivre. “Ce n’est pas vraiment une décision que j’ai prise. C’est un choix qui m’a dépassé, qui s’est imposé à moi” rapporte t-il dans un entretien accordé à notre confrère d’Elwant  , c’était à son retour de Johannesburg (Afrique du Sud)

Jamel Matari a suivi des études d’architecture à l’Inforba après avoir obtenu son baccalauréat technique en travaux publics en 1986.  Plus  tard il s’inscrit  à l’école des Beaux-arts d’Alger  avec un diplôme d’études supérieures en Design Aménagement en 1994. “Le fait d’avoir fait une école d’art a ouvert mes perspectives”, commente-t-il. Mais le jeune diplômé fait très vite face à une période de chômage qui le marque.. “Trois ans de chômage durant lesquels, je n’ai pas perdu de temps. À l’époque l’informatique était tendance, alors je me suis initié. Je me suis aussi mis au graphisme et à l’infographie”. il finit par décrocher un job comme décorateur pour des émissions de télévision dans une agence privée puis comme infographe et maquettiste pour un laboratoire pharmaceutique et un magazine pour enfants ainsi que dans un journal spécialisé dans l’automobile. “J’aime apprendre de nouvelles choses, tenter de nouvelles expériences, j’ai toujours été à l’affût des nouvelles matières et des nouveaux matériaux”. Mais la photo aura eu raison de lui. Il a “tout lâché” pour s’y consacrer depuis près de 5 ans. “On peut peut-être bien gagner sa vie en étant fonctionnaire mais au détriment de son épanouissement et de sa liberté.” Il a décidé de quitter le confort d’un métier qui “rapporte” pour cette nouvelle passion dont il veut faire un métier, sans avoir la garantie de pouvoir en vivre. “Ce n’est pas vraiment une décision que j’ai prise. C’est un choix qui m’a dépassé, qui s’est imposé à moi”,. “Le design est aussi une passion mais je n’y trouvais plus autant mon compte. J’avais besoin de me redéployer mais cette fois l’alimentaire devait passer en second”, tranche-t-il. L’homme n’a pas eu peur du risque, il a opté pour la photographie à plein temps. “J’aime capter les expressions du visage. Les yeux sont l’expression de l’âme et ils ne mentent pas. Je suis aussi passionné par le patrimoine, j’aimerais y consacrer une série de photos mais c’est un projet qui demande beaucoup de moyens et de temps.”

Idem pour Sofiane Boukari cet ingénieur en géni civil n’a jamais pu trouver ses repères dans ce métier qu’il a pourtant choisi.  «  je ne me sentais pas heureux » dira-t-il, les chantiers ne n’étaient pas pour lui.il était photographe sans le savoir et ceux sont ses copains qui le révèleront à lui-même en lui répétant tu as un don pour la photo. Il ne le savait dira t-il et j’ai commencé mon introspection. Mais la révélation lui viendra de son autre métier qui l’a fait « bourlinguer » à travers l’Algérie en sa qualité de délégué médical.  Les paysages qui s’offraient à moi rappellera t-il   m’interpelaient  j’étais éblouis par cette diversité des sites et panoramas mon appareil photo en poche je cliquais sur tout ce que je voyais mais pas que !  c’était un  réel bonheur.

Site : Sofiane Bakouri
Site : Djamel Matari

 

About alifa

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *