Accueil / Editorial / Alifa, le regard croisé

Alifa, le regard croisé

Il m’est difficile de présenter Alifa d’une façon linéaire. C’est un magazine qui vient de naître après une très longue gestation. J’insiste sur ce détail, car plusieurs facteurs exogènes m’avaient figée, notamment l’aspect financier. N’était ma passion pour la culture et pour le patrimoine en général, il y a longtemps que j’aurais abandonné ce projet, que j’aurais jeté l’éponge. Mais sans passion, mon moteur, je n’en serai pas là. Alors Alifa, c’est quoi ? Sans  prétention aucune, ce magazine est un média mis à la disposition d’une découverte plurielle sur le patrimoine culturel matériel et immatériel de l’Algérie, qu’il soit urbain pastoral ou rural, d’hier, d’aujourd’hui, de demain aussi, pourquoi pas (?), si l’on pense aux générations futures. Avec tout ce que ces concepts véhiculent comme valeurs créatives humaines.

Nous mettrons en bonne place l’agriculture, et oui, la gastronomie, et oui, l’art de vivre dans nos maisons, nos intérieurs contemporains modernes ou traditionnels. Le traditionnel sera incontournable, car source de modernité. Nous n’oublierons pas l’artisanat et son pendant : le tourisme.

En fait, c’est compliqué de définir Alifa, car c’est aussi un support mis à la disposition du lectorat pour un regard croisé sur tous les sujets : littérature, musique, arts plastiques, cinéma, théâtre… avec rubriques et sous-rubriques «discussions à bâtons rompus». Un  discours franc et réel où la parole sera libérée, loin du «polissé» allant dans le sens du poil.Ceci, que l’on s’ entende bien, dans un esprit de bienveillance, avec de bonnes réparties loin de la vindicte ou l’insulte.

Vous l’aurez compris, c’est, en un mot, l’Algérie dans toute sa composante territoriale régionale et continentale. De même, l’intérêt naturel pour les sujets méditerranéens et africains qui doivent être équilibrés. Un défi de notre ligne éditoriale. Et ceci, sans oublier les dossiers de fonds. Alifa est la quête d’un élitisme sans tabou, car si nécessaire à

Fella Hassan

About alifa

2 Commentaires

  1. Bonjour Fella Hassen. Voilà donc pourquoi tu as dédaigné mon invitation à la 8ème édition du festival de la création féminine! Tu étais en train de donner le jour à ton bébé !
    pas grave ,je te pardonne puisque ton absence à une excuse imparable. Alors je souhaite longue vie au nouveau né. Puisse t-il avoir une vie animée, chargée en événements culturels de haute facture et satisfaire non seulement l’auteure (et il n’y a pas de faute d’orthographe ) ou les auteurs de ses jours mais aussi tous ceux qui s’intéresseront à lui. Big boussa chère amie et à très vite. Je vais t’envoyer ce que je peux au sujet de cette dernière édition du FNCF.

  2. Bon vent pour cette Initiative qui s annonce prometteuse chère Fella. Et bravo pour ce défi.

    Amicalement.
    H arab

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *